Menu

Parler du deuil c'est s'ouvrir à la vie .

Parler du deuil c'est s'ouvrir à la vie .
 
-Le deuil est un sujet tabou , il dérange de pas sa signification: douleur, souffrance .
-Or qu'est-ce qui fait le plus souffrir ? ne pas en parler, taire ses émotions , ce qui est un concept à la mode dans nos vies et ce depuis très longtemps: ne pas exprimer ce qui est ressenti parce que la société nous vend tout ce qu'il faut pour que nous soyons "heureux " .
 
-Comment traduire les émotions et quelle est sa définition ?
« émotion » est un mot issu de « motion » qui concerne le mouvement, terme apparaissant au XIIIe siècle en français comme en langues saxonnes et portant l’idée d’un mouvement qui s’accomplit ; la racine latine emovere signifiant « mettre en mouvement ».
Mais l’émotion porte aussi une définition moins ancienne (XVIIIe siècle) qui a contribué à donner le sens actuel : il s’agit d’un mouvement et d’une agitation d’un corps , d’une masse vivante, pouvant dégénérer en troubles.
La place du corps comme entité vécue par le sujet est plus évidente dans l’article de l’Encyclopædia Universalis (1976) où la physiologie de l’émotion longtemps privilégiée par la science ouvre sur la psychologie des émotions.
 
-La vie est elle aussi un sujet tabou: la parole est au faire, si vous êtes malade, un médicament cachera la maladie ou tentera d'endiguer le mal qui s'exprime au travers de votre corps .
 
-La mort fait partie de la vie, les gens qui décèdent laissent une empreinte, un souvenir , ils nous permettent de vivre différemment mais aucunement ne nous condamne .
 
-Alors qu'est-ce qui fait le plus souffrir ?
Taire la vie qui se manifeste en vous au travers de cette tempête émotionnelle , qui s'agite en des émotions contraires, qui fatigue , fragilise .
Colère, culpabilité, peine, tristesse sont en première ligne et doivent être acceptées et purgées jusqu'à " essoufflement" .
Durant cette tempête se sentir façonnée, changée, les pleurs vont s'espacer , se sentir moins fatiguée, sourire un peu puis progressivement constater que l'on a atteint un seuil , une autre rive , une autre vie .
 
Car vivre un deuil c'est parler de la vie qui se manifeste en un mouvement changeant chaque jour, chaque heure, chaque seconde jusqu'à trouver une nouvelle base d'appui plus solide qui vous aura fait accepter ce changement incessant des émotions .
Accepter de ressentir, de vivre, de pleurer, de chialer mais aussi de respirer, sourire et se souvenir .

Je vous accompagne pour transformer vos émotions, en prendre soin, les chérir à chaque moment pour ressentir le changement qui s'opérera en vous .
25 octobre 2020
Déposer un commnentaireRetour
Commentaires
Vous devez être connecté pour déposer un commentaire

Florence Cohen 2020 - Connexion - Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies